Les cloches de l'église Saint-Jean-Baptiste

Avant la Révolution de 1789, les cloches sonnaient à l’église paroissiale mais aussi au prieuré. Il semblerait qu’à cette époque, le clocher possédait trois cloches.
En effet, actuellement, il y en a deux, mais la charpente laisse libre un troisième emplacement avec des marques certaines d’utilisation.

L’abbé Carlet, ancien curé de Fleurey-sur-Ouche, dans les écrits qu’il a laissés, signale que les cloches avaient été descendues le 19 septembre 1793 pour être envoyées à la fonte, le bronze étant sans doute réutilisé pour la fabrication de canons au profit des armées de la Première République.

L’une d’entre elles avait été réinstallée le 16 février 1796 et l’administration municipale se plaignait alors que des signes extérieurs du ­culte aient été rétablis, le son de la cloche invitant à son exercice.

Le 28 mai 1822, le maire de Fleurey a écrit au préfet de Côte-d’Or, car la cloche était cassée et les sons diminuaient chaque jour. Du reste, il devenait dangereux de continuer à la sonner de peur qu’une partie ne s’en détache et cause un accident. Le 1 er juillet 1822, un marché a été conclu avec M. Lefort, fondeur à Dijon, et la cloche cassée a été refondue.

Cette dernière a été bénie en 1823 par François Faivre, curé desservant la paroisse à cette époque.

Les archives communales existantes ne parlent pas de la fabrication d’une seconde cloche ; pourtant en 1823 une deuxième cloche présente dans le clocher a été fabriquée par le même fondeur et bénie par le même curé.

l-une-des-cloches-benies-en-1823-photo-colette-petot

sources Le Borbeteil


Cet article provient de Fleurey sur Ouche

L'url pour cet article est : https://www.fleureysurouche.fr/sections.php?op=viewarticle&artid=205